les_erreurs_strategiques.png

FT_-_les_erreurs_strategiques.png

Je lis beaucoup, et parfois, tous les 3-4 ans, un livre qui marque.

Il y a quelques années, c’etait le John Dower, War without Mercy (jamais traduit), qui révolutionnait l’approche de la guerre du Pacifique, mettant en avant l’aspect racial du conflit, non seulement du point de vue japonais, mais aussi du point de vue américain.

Plus récemment, le livre de Goetz Ali, Comment Hitler a acheté les allemands (qui vient d’être repris en poche), décortiquant les mécanismes de pillage des pays occupés et la façon dont l’Allemagne avait exporté son inflation.

Et maintenant, un autre, sans doute tout aussi connu que les précédents: Les erreurs stratégiques du 3eme Reich pendant la 2nd guerre mondiale, par Bernard Schnetzler. J’en sors transforme. Chaque page apporte un nouveau point de vue sur les grands choix du conflit, point de vue amené comme 2 et 2 font 4, crevant les yeux mais que personne n’avait jusqu’à présent observé.

L’auteur repart du dernier choix stratégique, cad de la campagne de 42. Au-delà, affirme-t-il, les dés sont jetés, et la conclusion de la guerre est connue, même si elle peut durer 1 ou 2 ans de plus en fonction des choix opérationnels. Bernard Schnetzler remonte la pelote, revient en détails sur la campagne de 41, le crochet vers Kiev, démontant l’argumentation des Guderian ou autres, comprend l’importance de Moscou (pas le symbole ni l’industrie, seulement le nœud ferroviaire reliant l’est et l’ouest de l’URSS) et explique point par point l’alternative, les conséquences, les erreurs.

Puis il remonte à la Bataille de l’Atlantique, livrant une des meilleurs analyses que j’ai jusqu’ici vues, et s’attarde sur la campagne de France. Il finit par un grandiose argument sur les erreurs de Juin 40, montrant que d’une part, la France aurait fait gagner l’Allemagne si elle avait continué à se battre depuis l’Afrique du Nord (et que donc les allemands n’auraient jamais dû accorder l’armistice aux français), et d’autre part que les anglais avaient pris un risque insensé a Mers-El-Kebir, celui que Vichy leur déclare la guerre, laissant les allemands s’installer au Maroc ou en Algérie.

Bref, un must. Un livre qui vous fera avancer. A consommer tout de suite et sans modération.