couv-_tapping_hitler__s_generals.png

Voici un livre récent et fort intéressant, donnant quantité de matériau inédit et instructif, et que je recommande chaudement.

L'idée a d'abord l'air quelque peu ennuyeuse: voici dévoilés les enregistrements des conversations tenues par les généraux allemands emprisonnés en Angleterre de 42 à 45. Enregistrements faits à l'insu des généraux en question, quand ceux-ci discutaient à batons rompus, partageant leurs expériences et leurs analyses. On s'attend à un texte riche en anecdotes mais sans grande portée, d'autant que les généraux espionnés n'étaient pas très seniors (pas de chef d'armée, du calibre d'un Rundstedt ou d'un Kluge, plutôt des généraux de divisions capturés en Tunisie ou en France). Le plus gradé est von Arnim, qui est déjà considéré comme un général en chambre et n'a aucun prestige; on y trouve aussi von Choltitz, que les français connaissent par la libération de Paris. Mais je n'avais jamais vu aucun des autres noms.

Or l'ouvrage se révèle passionant. Après une courte introduction résumant les conditions d'écoute et le choix des extraits présentés, les conversations sont organisées, par ordre chronologique, suivant trois thèmes: politique et stratégie, crimes de guerre, réaction après le 20 Juillet. On voit les différentes perspectives allemandes 'pendant les événements', parfois avec beaucoup d'acuité. On découvre aussi les principales 'thèses' historiques qui feront l'historographie de la guerre les décennies suivantes, par exemple sur les responsabilités réciproques de Hitler, Himmler, et de l'armée.

Les extraits sur les crimes de guerre sont stupéfiants. L'idée, depuis longtemps un mythe, comme quoi 'les militaires ne savaient pas' est de nouveau battue en brêche: ils étaient au contraire bien au courant, certains admettant même avoir exécuté les ordres les plus répugnants jusqu'au bout. Assassinats de prisonniers individuellement ou en masse, massacre de civils dans les actions anti-partisans, collaboration active à la Shoah, détails sur les camps de concentration et d'extermination, tout y passe. Certains récits de première main sont glaçants. Seulement vers 45 les généraux commencent-ils à comprendre le risque de passer en jugement après-guerre: ils préparent leur défense, trop conscients de ce qu'ils risquent.

Le texte est enfin très facile à lire: il s'agit des dialogues les pertinents - donc immédiatement accessibles. Des dizaines de pages de notes complémentent le matériau historique: ceux qui sont intéressés y trouveront à la fois les informations sur tous les noms cités, ainsi qu'une revue impressionnante de la littérature correspondante . Bref, l'ouvrage est extrêmement sérieux, un travail d'historien lourd entoure les témoignages.