couv_-tsahal.png

Voici un livre étrange. A la fois une somme d'informations, de faits; un texte extrêmement sérieux; et un ratage.

Pierre Razoux choisit de structurer son livre le plus simplement: chronologiquement. Difficile de critiquer un parti pris aussi évident. A ceci près que cette structure condamne le livre à être plus "l'histoire des guerres israélo-arabes" que "l'histoire de l'armée israélienne". Les thèmes transverses (sous-jacents idéologiques, imbrication avec le pouvoir politique, évolutions de doctrine, organisation, rôle dans la société civile, perception à l'étranger et dans la diaspora etc.) sont ainsi abordés en pointillés, évoqués lors de chaque épisode, mais sans qu'une vue d'ensemble ne se dégage jamais. Pierre Razoux rate la cible.

Et ceci est d'autant plus regrettable que le texte est d'un sérieux sans faille. D'un ton direct, factuel, sans le moindre emportement émotionnel, Pierre Razoux dispose de tout le matériaux nécessaire (il suffit de voir avec quel détail est décrit l'armement de Tsahal à travers les décennies). Seulement dans le dernier chapitre tente-t-il une fois une structure thématique, quand il évoque l'arme nucléaire. Comme c'est un des chapitres particulièrement convaincant, on regrette qu'il n'y en ait pas d'autres à l'approche transverse. C'est comme si Pierre Razoux n'avait pas osé, n'avait pas eu l'ambition d'aborder Tsahal autrement que par la chronologie. On lui aurait suggéré de faire d'abord 100 pages de rappel des conflits; et ensuite de structurer son livre par thèmes. Et ne pas limiter l'esprit de synthèse à quelques lignes dans l'épilogue.

On sera aussi troublé par le goût trop prononcé des détails. Le texte fait par exemple le compte de toutes les escarmouches aériennes depuis 1948, et on se lasse vite de lire que tel type d'appareil de l'escadrille numéro truc a abattu tel type de MiG un jour de printemps 1984 au-dessus de la frontière. La caricature vient dans les descriptions des conflits, avec un très curieux effet d'accordéon. Comme les chapitres couvrent des périodes de 5-10 ans, le texte alterne entre la description de l'évolution de l'armée (quelques pages bien faites) et le micro-détail des opérations militaires lors du conflit suivant. Dans un texte sur la période 1948-2008, plonger dans les évolutions tactiques de telle division blindée pendant la guerre des 6 jours donne l'effet d'une baisse de rythme brutale. J'avoue avoir lu en diagonale les passages sur 67 et 73 (puisque je viens de lire les livres détaillés de Razoux sur ces épisodes) mais être rentré dans ceux sur la guerre d'indépendance ou la guerre du Liban. Le bilan est sans appel: tout est correct, plutôt bien décrit, mais superflu et quelque peu lassant. Un choix littéraire malheureux.

Enfin, on regrette un petit peu l'absence totale d'iconographie. Mais j'ai lu l'édition de poche. Il y avait sans doute des photos dans l'édition originale.

Au final, que penser de ce livre? C'est un excellent "fact pack", une somme de faits précis sur laquelle s'appuyer. On y apprend, un peu dans le désordre, mais on y apprend. On ne regrette pas d'avoir consacré du temps a ce livre, mais on ne peut s'empêcher de penser que l'auteur avait les moyens de faire une grande oeuvre, de passer d'un bon 12/20 a quelque chose de fondateur.