couv_-_JD_Dufour.jpg

FT2_-_Dufour.png

Un thème original, une approche bien structurée, mais une absence totale d'idées, de thèse et un texte dont on se demande quel peut être l'intérêt.

JL Dufour se demande quelles sont les problématiques entre guerre et ville. Voici un angle d'approche dont on n'a pas l'habitude. On se dit que ça sera stimulant. D'autant que l'auteur structure son propos par thèmes : description du terrain, des différentes situations opérationnelles (assaut, siège, insurrection, bombardement etc.) et tente de donner les perspectives contemporaines, les évolutions à venir. Cette structure est limpide et, de loin, on se demande comment mieux faire.

Mais chacune de ces sections contient un descriptif et fort peu d'analyse. Quand le thème permet d'englober des siècles, on peut encore être intéressé - ainsi des évolutions des fortifications urbaines, même si un minimum d'iconographie aurait été appréciée[1]. Mais quand on parle, par exemple, des bombardements, parmi lesquels l'essentiel est tiré de la 2GM, le texte est juste une série de descriptions des événéments, simple paraphrase[2] d'ouvrages généraux, et sans qu'il y ait une réflexion sous-jacente. Jean-Louis Dufour répète ce qu'on connait déjà, juxtapose Londres/Coventry 1940, Hambourg 1943, Tokyo 1945, mais a-t-il réfléchi à quelque chose d'autre? Au-delà des lieux communs, parfois répétés un petit peu lourdement, on ne le perçoit pas.

On sauvera un chapître entier sur Beyrouth en 1982, où la problématique du siège de la ville est un petit mieux explicitée. L'auteur était en poste à l'ambassade de France à cette période, et a pu réfléchir plus profondément à ce qui s'était passé autour de lui. Comme Beyrouth est également l'unique ville sur laquelle quelques documents sont présentés - tel ce tract lâché par l'aviation israélienne sur la ville -, on se demande un instant si Jean-Louis Dufour n'a pas écrit son livre seulement par nostalgie de son temps là-bas.

Au final, donc, une excellente idée: aborder l'histoire militaire par un prisme thématique. Mais en l'absence d'une thèse, en l'absence d'un effort intellectuel pour lier tout ce que l'excellente structure aurait pu donner, cette suite de vignettes ennuie. Un livre superflu.

Notes

[1] tout un chapitre sur les fortifications sans qu'en soit montrée une seule...

[2] occasionnellement contestable...