couv_Paulus.jpg

De nouveau je tombe sur un livre en ayant l'impression de me faire avoir, ici via une jaquette prétendant livrer les "carnets" d'un maréchal allemand fort connu pour sa défaite, mais allongeant sur 280 pages ce qui ne constitue que quelques bribes à l'intérêt superficiel.

Paulus ayant fini la guerre en captivité en URSS, puis ayant pu revenir, après la mort de Staline, en RDA, il n'a guère eu de contact avec les historiens contemporains, et n'a pas non plus écrit de mémoires. Son point de vue, à la fois de perdant, mais aussi d'officier d'état-major jusqu'en 1942, enfin de prisonnier guerre ayant fréquenté les communistes allemands qui tentaient de faire de la propagande anti-nazie, aurait pu être fort intéressant.

Malheureusement, les textes réunis dans ce volume en sont fort loin. Un memorandum d'une trentaine de pages, écrit pour les soviétiques vers 1945, dans lequel Paulus parcourt sa carrière de l'automne 1940 - quand il préparait Sealion en France - à la campagne de 1942 à la tête de la 6ème armée; quelques extraits des carnets de von Bock au printemps 1942, ou du journal de marche de la 4ème flotte aérienne de von Richthofen en 1942; la copie d'un ou deux ordres émis ou reçus au moment de Stalingrad. Bref, un patchwork de documents, dont un seul vraiment de Paulus, et ce dernier trop superficiel et trop peu documenté pour susciter l'intéret.

Tous ces documents sont interrompus par de longs commentaires de Boris Laurent[1] commentaires souvent plus longs que les extraits eux-mêmes. Bien que modernes et sans erreur, et s'appuyant sur les sources les plus contemporaines, ces commentaires constituent souvent une telle paraphrase des documents présentés ou des données historiques, qu'ils en sont quasiment gênants: un texte original de quelques pages peut ainsi être interrompu une dizaine de fois, au point parfois de perdre le lecteur le mieux intentionné. Surtout, ces commentaires, même s'ils sont plein de bonne volonté, n'apportent que marginalement au lecteur un tant soit peu informé.

Au final, je n'ai quasiment rien trouvé à retenir des documents de et sur Paulus. Peut-être l'évocation des Kriegspiels menés en décembre 1940 en préparation de Barbarossa, ou le fait que, presque dès que Paulus obtient un commandement opérationnel, aussi bien Bock que Richthoffen remarquent dans leurs papiers le caractère hésitant ou la nervosité du général. Mais cela ne fait du livre autre chose qu'un petit texte sans intérêt.

Note

[1] On suppose que Boris Laurent est le traducteur des différents textes présentés. Aucun nom de traducteur n'est mentionné dans le livre, et d'ailleurs on ne sait pas si les documents sont traduits de l'allemand ou d'une autre langue (ie: seraient une traduction de traduction). On regrette de même que, bien que les textes soient pertinemment annotés, leur origine ne soient pas mentionnée. D'où vient le journal de Bock, d'où vient le memorandum rédigé par Paulus, etc. ce n'est pas indiqué.