couv_-_zumbro.jpg

Derek Zumbro livre, sur la phase finale des combats de la Seconde Guerre Mondiale et la conquête du coeur de l’Allemagne par les armées américaines, un texte à l’apparence sérieuse et recherchée mais dont la lecture rend progressivement inconfortable jusqu’à ce que la thèse odieuse de l’auteur éclate dans le dernier chapitre.

Les opérations militaires sur le front occidental en 1945, passé la bataille des Ardennes, sont un sujet délaissé de l’historiographie. Derek Zumbro choisit de porter son livre sur cet aspect militaire, et spécifiquement sur les récits de témoins ou de soldats. La stratégie, l’état des forces, les alternatives et les choix de commandement sont à peine esquissés, au profit d’un bout à bout de petites histoires, tirées d’une quinzaine d’entretiens que l’auteur mène en 2002 et de la paraphrase de nombreux livres d’histoire régionale disponibles en allemand. Il est heureux d’avoir en un tome une vue de ces dernières sources, parfois difficiles à trouver et en général limitées à une région ou à une localité.

Cette accumulation d’anecdotes ôte néanmoins au livre tout rythme, d’autant que les récits sont mêlés dans une prose continue et couvrent typiquement 5 à 10 pages, riches en détails mais dont l’intérêt ne justifie que rarement l’ampleur - surtout quand il s’agit de témoignages où il ne se passe presque rien (ainsi du récit d’un général envoyé porter un message à Berlin et qui, une fois introduit dans la salle de conférence avec Hitler, reste muet). Malgré une certaine fluidité d’écriture et quelques réussites, comme ce bourg déclaré "ville ouverte" grâce à un officier médecin, la répétition des "derniers jours d’action à Paderborn avant d’être prisonnier" lasse et on se met à lire en diagonale.

Le lecteur critique se trouble de constater que si Zumbro rappelle systématiquement dates et lieux, il ne recoupe jamais ses récits avec d’autres sources, à commencer par l’exploration des documents des unités alliées faisant face aux témoins[1]. Il interroge par exemple le colonel Reichhelm en 2002, un membre de l’état-major de Model, et ne rapproche pas ses propos de ceux que le même livre aux Américains immédiatement après la fin de la guerre[2].

Le même lecteur critique en vient même à s’inquiéter quand il observe que du panorama des témoignages sont totalement absents les points de vue autres que soldats du rang et habitants locaux: pas de récit de travailleur forcé (polonais, russes, italiens, français), de rescapé de camps de prisonniers, de soldat américain ou de tout ce qui pourrait donner un ton moins "victimatoire". Le personnel politique nazi est perçu comme aussi étranger que les soldats alliés, et aucun cas de répression policière n’est développé sur plus d’une phrase alors que plusieurs pages détaillent le cas d’un prisonnier allemand sommairement abattu par un soldat américain. Chez Zumbro, population et dirigeants ne sont que toutes petites gens raisonnables et dénués de pouvoir.

Mais il n’est pas besoin au lecteur d’être critique pour comprendre, dans le dernier chapitre, la thèse de l’auteur. Evoquant l’immédiat après-guerre, Zumbro signale enfin qu’il y a des populations déplacées et des rescapés de camps: les premiers ne sont que des bandits, les seconds des... truqueurs et des privilégiés. La seule chose qu’il note est que les Juifs (enfin, les quelques survivants) reçoivent davantage de nourriture que la moyenne de la population allemande, et qu’il y en a qui choisissent de garder leur pyjama rayé pour pouvoir fréquenter les journalistes alliés - quels manipulateurs! En citant là-dessus un des passages les plus crassement antisémites du journal de Patton, Zumbro, après s’être retenu sur 390 pages, confirme dans ses dernières lignes que son projet tient d’une idéologie ignoble.

Notes

[1] Il n’y a qu’une exception: la mort d’un général de division américain dont la jeep, égarée sur la ligne de front, tombe nez à nez avec un char lourd allemand. Une commission d’enquête américaine détaille ensuite ce qui arrive exactement. Zumbro souligne qu’il ne fallait pas blâmer le soldat allemand ayant fait feu

[2] .Reichhelm rédige un manuscrit de 70 pages (qu’on trouvera ici). Les commentaires qu’il fait alors sur Model sont forts différents de ce qu’il raconte plus de 50 ans après à Zumbro...