couv_-_Knapp.jpg

Malgré un gros effort de recherche, Andrew Knapp peine à intéresser à ce sujet secondaire de la Seconde Guerre mondiale que sont les bombardements alliés touchant la France. Son texte, pourtant bien structuré, reste d’un certain ennui et souffre d’erreurs de style le rendant pénible.

Entre les attaques contre les industries collaborationnistes et la destruction systématique des ouvrages d’art et des transports ferroviaires avant le débarquement en Normandie, les bombardements alliés font environ 47 000 victimes civiles en France. Bien que les dégâts touchent des centaines de villes, le phénomène est largement absent de la mémoire collective, à part dans des localités extrêmement atteintes telles Le Havre ou Caen. Knapp décortique ce phénomène en suivant une approche thématique bienvenue tellement une chronologie bombardement par bombardement aurait été soporifique. Il rappelle la doctrine et la pratique des bombardiers stratégiques alliés, notant, contrairement aux attaques contre l’Allemagne, que les Britanniques ont tendance à être plus précis que les Américains. Il décrit la mise en place des protections des populations, en distinguant le préventif du curatif, et en détaillant la politique de défense passive telle qu’elle est définie bien avant guerre. Et il rappelle l’évolution de l’opinion de la population, qui passe de bienveillance jusqu’en 1943 ("bombardement = mal nécessaire") à manifeste hostilité quand les attaques s’intensifient les semaines précédant le débarquement.

L’auteur s’appuie sur une recherche qui est un des intérêts du livre. Il décortique non seulement les archives de la RAF mais explore aussi beaucoup d’archives françaises départementales ou municipales, ce qui est peu commun. Il manque juste les sources allemandes, qui donneraient le point de vue de l’occupant en particulier sur certains efforts de Vichy - Knapp ne lit probablement pas l’allemand. Cette recherche ne compense toutefois pas certaines lacunes d’analyses. Trop souvent le texte ne fait que présenter un exemple et un contre exemple de comportement (telle ville prépare des abris, telle autre ne fait rien ; tel bombardement est précis, tel autre arrose très loin de sa cible etc.) sans qu’un effort de quantification permette d’aller au-delà de ces illustrations. Il y a pourtant moins de 1000 missions de bombardement contre la France, et chacune laisse des archives précises, si bien que Knapp avait tout pour construire une base d’analyse détaillée d’où, avec un poil de savoir faire statistique, il aurait tiré des enseignements plus profonds.

Le style du texte est problématique au point de susciter une vraie gêne au lecteur. Le problème est tout simple: l’auteur abuse du futur simple, ce qui casse sans arrêt le rythme de sa prose. L’incapacité à se tenir à une conjugaison stable donne des paragraphes où on voit 4 temps en 3 phrases, et malheureusement ceci est la règle et non l’exception. Rarement un tel irritant a autant handicapé un livre. On ne retrouve un minimum de confort de lecture que dans les deux derniers chapitres, car ceux-ci sont faits de témoignages qui, eux, sont bien écrits.

Le louable travail de Knapp ne rend malheureusement pas son texte fluide et profond au point d’en faire plus qu’un livre anecdotique.