couv_-_vie_mondaine.jpg

Aspect évident mais curieusement laissé inexploré de l’histoire du nazisme, la façon dont le pouvoir totalitaire s’assure du soutien des élites sans avoir à mener une dure répression fait ici l’objet d’une étude impeccable.

Contrairement à ce que son titre suggère, ce livre de n’a rien de frivole. Fabrice d’Almeida bâtit sa recherche sur l’exploration d’archives à l’apparence bénigne, comme les cartons d’invitation, l’ordonnancement des convois de voitures entre les résidences des ministres, les grilles de salaires consenties aux artistes, ou les listes d’anniversaire tenues par les Affaires Etrangères ou la SS. Il s’attache alors à cerner quelle population est régulièrement conviée aux mondanités, en quoi celles-ci consistent, et comment elles servent le régime.

Le texte présente ces aspects par touches successives, décrivant aussi bien les continuités que les ruptures dans les faits sociaux de l’élite. Certaines formes de mondanités s’éteignent - les "salons" tenus par les dames, les cercles qui ont une touche même vague d’universalisme (comme le Rotary) - quand d’autres perdurent ou se développent, comme l’opéra, la chasse, ou les courses de voitures. Le régime prête une attention soutenue à ces "mondanités", qui sont intégrées à l’effort général de propagande, en visant à être plus luxueuses, plus intenses, plus grandes que ce qui peut se faire à l’étranger. Il faut faire envie ou impressionner les alliés potentiels, qu’ils soient d’Allemagne ou d’ailleurs, et faire peur aux autres.

Ces nombreux faits "mondains" permettent progressivement d’habituer les élites au cadre de pensée nazi. En étant convié à ces événements prestigieux ou impressionnants, les individus s’imprègnent des références et idéologies, tout en étant amadoués par la sociabilité de leurs hôtes. Les multiples cadeaux symboliques comme financiers distribués par les plus hauts dirigeants, tout comme les régimes de faveur (exemptions fiscales, attribution de logements de prestige...), éloignent de plus ces élites de la réalité du nazisme. "L’opulence relative qui règne dans la plus haute société laisse dans l’ombre les difficultés rencontrées par les plus pauvres pour accéder aux produits de base, pourtant largement subventionnés". Comme l’explique d’Almeida, il ne s’agit pas exactement de corruption, mais plutôt d’obligations sociales envers ceux qui ont fait une invitation ou remis un cadeau qu’on ne pouvait se permettre de refuser. Le tout est un clientélisme à grande échelle.

Plusieurs passages s’intéressent particulièrement aux privilèges des hauts dignitaires, dont d’Almeida détaille les salaires, les résidences haut de gamme, les collections de tableaux "réunies" en un temps record, ou la domesticité. L’auteur porte une attention particulière aux adjudants d’Hitler, qui par leur accès quotidien au dictateur et leurs menues responsabilités détiennent une influence bien plus importante que ce que leur position dans l’organigramme de l’Etat suggère. Insister sur la réalité des avantages de ce petit cercle rappelle l’aspect fictif de la politique "vers le peuple" du régime.

La présentation de ces éléments est claire, facile à suivre, limpide, et jamais ennuyeuse. La bonne organisation du texte en sujets séparés lui permet de ne pas se répéter et de ne pas lasser le lecteur. Et l’’écriture, directe et précise, s’efface efficacement pour mettre le contenu en avant.

Une limite est peut-être qu’on ne discerne pas en quoi cette politique mondaine est différente de que ferait un autre régime autoritaire. L’aspect systématique ou le professionnalisme de l’approche sont notés ici ou là, mais sans qu’on puisse distinguer en quoi ce travail administratif efficace est spécifique à l’Allemagne des années 1930. On pardonne toutefois à l’auteur de n’avoir pu mener de comparaison détaillée avec d’autres pays tellement sa Vie mondaine sous le nazisme est originale et parfaitement présentée.