couv-_Germans_in_Normandy.jpg

Bien que publié en 2006, The Germans in Normandy est un texte à l’ancienne qui par une bête accumulation de témoignages perpétue une vision dénuée de toute réflexion de la campagne de Normandie.

La structure que choisit Heagreaves est chronologique plutôt que thématique, et son projet est de donner le ressenti au jour le jour des combattants. Son livre se base essentiellement sur les témoignages des officiers allemands, que ce soit dans des Mémoires publiés après-guerre ou dans les quelques journaux intimes préservés - comme celui de Goebbels, largement cité. Ces choix rendent le texte confus et répétitif. Confus car la parole passe, au gré des témoignages disponibles, d’une zone à l’autre du front ou d’un étage à l’autre de la hiérarchie sans qu’il soit possible au lecteur de s’y retrouver ; répétitif en ce que les descriptions des bombardements subis ou des difficultés à se déplacer à cause de l’aviation alliée sont nécessairement redites par chaque témoin, faute d’avoir été traitées une fois pour toutes dans un moment thématique.

Cela est d’autant plus problématique que Heagreaves ne met jamais en perspective les points de vue rapportés. Sa recherche est pourtant fort sérieuse, faisant le tour complet des témoignages publiés, y compris ceux non traduits en anglais, en les complémentant de quelques sources primaires comme les journaux de marche d’unités ou les articles de la presse officielle allemande. Mais les témoignages ne sont jamais questionnés, et les problèmes qu’ils soulèvent jamais mis en évidence. Les récits étant interchangeables, le livre n’offre par exemple aucune clé pour comprendre pourquoi telle attaque alliée échoue quand telle autre réussit quelques jours plus tard (Goodwood vs. Cobra). Au niveau micro, l’auteur ne questionne rien, même le trivial. Ainsi le jour du débarquement, Speidel, le chef d’état-major allemand, est alerté à 2h du matin, mais n’émet ses premiers ordres qu’à 10h du matin, et Heagraves ne se demande pas pourquoi un tel délai, peut-être parce qu’il faudrait évoquer l’hypothèse que les officiers allemands sont retournés se coucher.

L’impression générale que l’on retire à la lecture de The Germans in Normandy est donc celle traditionnellement décrite par les soldats et officiers allemands : mise en évidence de la domination aérienne alliée, systématiquement rappelée ; masse de chars et d’obus jetés à la tête des allemands pour dominer le champ de bataille par le matériel ; hiérarchie impuissante ou coupée de toute réalité. A aucun moment n’est-il suggéré que cela est aussi, pour les vétérans de la Wehrmacht, le moyen d’éluder les faiblesses tactiques ou doctrinales de leur armée de terre et d’excuser d’avance tout ce qui peut suggérer un moral chancelant. Bien au contraire: Outnumbered the Landser always was in Normandy, but never outfought, écrit Heagraves en dévoilant sa thèse dans ce qu’elle a de primitif.

Faute de faire le travail d’historien consistant, au-delà de l’accumulation bien faite de sources, à les questionner et à réfléchir à leur signification, Heagraves se contente d’ajouter une couche de peinture d’une couleur indiscernable de celles qui précèdent.