couv_-Tarawa.jpg

Ce court livre traite de la perception qu’a le public américain de la bataille de fin 1943 pour Tarawa, un ilot du Pacifique, quand pour la première fois la censure autorise la publication de photographies montrant avec un nouveau niveau de réalisme le conflit contre le Japon.

Le texte de Cyril Azouvi s’intéresse seulement à la perception qu’a le public de la bataille, et non à la réalité. Son matériau est fait des reportages publiés dans les journaux américains, des conférences de presse organisées par les généraux, des éditoriaux des analystes en chambre, des films diffusés à partir des images prises directement pendant l’action. L’auteur explique le choc de ce nouveau réalisme, les polémiques sur le niveau de pertes puis la prise de conscience qu’il ne s’agit que d’une première étape avant des pertes autrement plus lourdes. Il rappelle que l’idée d’utiliser à l’avenir des gaz de combats pour anéantir les défenses japonaises sans exposer les soldats américains fait consensus au sein des commentateurs, si bien que la bombe atomique ne nécessitera ensuite guère d’explication.

Si l’auteur insiste sur le tournant que constituent les images de Tarawa, il peut par instants lui manquer une vue de l’opinion "avant" Tarawa qui lui permettrait de trier ce qui est authentiquement nouveau (cruauté, morts au combat, difficulté de l’effort à venir etc.) de ce qui est davantage dans la continuité (par exemple déshumaniser l’ennemi pour justifier de le traiter aux gaz).

Il n’empêche, le livre d’Azouvi est court et limpide, sur un sujet doublement original (Tarawa + l’opinion publique américaine), et il nourrit efficacement la réflexion sous un angle dont on n’a pas l’habitude. Un petit ajout utile et bien fait à l’histoire du conflit.