couv_-_Dixon.PNG

Texte de 1977, cette étude de l’incompétence militaire se révèle terriblement obsolète et si pleine de préjugés qu’on peine à comprendre comment elle peut encore être ré-éditée.

Norman Dixon se propose d’étudier le commandement militaire en se concentrant sur les pires désastres et les ressorts psychologiques sous-jacents aux décisions des commandants en chefs. L’idée est sensée, comme l’auteur le souligne : ce n’est pas parce qu’on aime les belles dentitions qu’on ne doit pas étudier les dents cariées. Il rappelle quelques cas de grands désastres puis tente d’en trouver des ressorts psychologiques.

Les quelques exemples de désastres militaires, très anglo-centrés, sont résumés à grands traits en tentant de croquer les officiers généraux. Leur lecture provoque un malaise croissant à mesure que l’on prend conscience que Dixon utilise des références qui, si elles étaient peut-être crédibles en 1977, sont le plus souvent devenues sans valeur : les vantardises de Liddell-Hart sur sa contribution à la doctrine blindée, les réflexions fragiles d’Alistair Horne, les textes exclusivement à charge de Correli Barnett, Benoist-Méchin pour parler des français, etc. Le lecteur même légèrement familier des sujets se rend à chaque fois compte que la compréhension des batailles, de Verdun à Market-Garden en passant par Tobrouk 1942, n’a aujourd’hui plus rien à voir avec ce que Dixon en raconte. Et puis, Dixon semble manquer du recul le plus élémentaire, par exemple en se contorsionnant pour affirmer le refus de toute innovation pendant la Première Guerre mondiale : beaucoup d’artillerie, mais "ça ne peut pas être nouveau"; des gaz efficaces mais "juste au centre et pas sur les flancs" ; des chars en percée mais "sans pouvoir transformer l’effort en exploitation" (comme si l’utilisation sur le terrain d’une nouvelle arme aurait dû être dès la première fois décrite par une doctrine complète). Il ramène de façon lourdingue les événements militaires à des cas simplistes dans lesquels les chefs prennent des décisions platement absurdes.

Les modèles psychologiques auxquels se réfère ensuite Dixon pour expliquer les déficiences des militaires sont tout aussi dépassés, certains semblant d’ailleurs n’avoir été qu’un effet de mode : l’intelligence ramenée aux notes à l’examen d’entrée de l’école des cadets ; "tout se joue avant 6 ans" pour expliquer le comportement d’hommes formés par 30 ans de carrière militaire ; le psychique développé chronologiquement par l’instinct puis intelligence, puis le sens moral ; etc. Mais malheureusement le texte ne fait pas que s’appuyer de bonne foi sur des modèles obsolètes, non seulement parce que Dixon les décalque abusivement sur le monde militaire en extrapolant ce qui concerne un individu donné à ce qui touche une culture et des organisations complètes, mais aussi parce qu’il parsème ses paragraphes de tellement d’idées reçues et de préjugés, et se réfère avec une telle désinvolture à des anecdotes ou des légendes urbaines, qu’on n’a en fait qu’une vaste psychologie de comptoir - et empirant à mesure que l’auteur compare la carrière des militaires avec celle des prostituées ou développe une théorie sur le refus par les militaires de tout ce qui semble efféminé[1].

Il n’émerge pas de thèse claire du texte sinon que "l’incompétence militaire" (d’ailleurs jamais définie proprement) tient à la personalité autoritaire de ses membres. Si découvrir que l’armée attire plutôt les personnes à l’aise avec l’autorité, pour la subir comme l’exercer, n’est pas aller beaucoup plus loin que l’évidence, Dixon se voit bien embêté d’avoir autant argumenté que l’incompétence militaire tient à des facteurs psychologiques innés et universels à toutes les cultures. Il finit dans la dernière partie du livre par se demander comment les Britanniques ont jamais pu gagner des guerres. Mais il ne tente de pas de trouver d’explication, et se contente du portrait de quelques personnalités, en commençant par une vingtaine de pages de clichés sur la personnalité autoritaire chez Himmler et Hitler - qui ne sont pas des militaires... - suivis de quelques mots mêlant anachronismes, superficialités et tentative d’interprétation par la vie sexuelle sur Wellington, Napoléon, Rommel et deux ou trois autres.

Un passage révèle inconsciemment l’attitude suffisante de l’auteur : pour décrire l’archétype de l’officier, il n’a rien de mieux à offrir que le personnage d’un roman de gare des années 1930. En fait, Dixon n’a jamais observé les enjeux, difficultés et possibilités d’un commandant militaire. De son texte on ne peut rien tirer, et de ce livre, il n’y a qu’une chose attirante - le titre.

Note

[1] (idées reçues) autrefois le combat était davantage un affrontement physique qu’intellectuel (au niveau des généraux aussi ?) ; la guerre convient mieux à des espèces animales moins évoluées que la nôtre (ah, les animaux font la guerre ?) ; la guerre d’usure est trop coûteuse et donc signe d’incompétence (comme la victoire Viet-Minh contre les Américains le démontre) ; les troupes japonaises n’avaient pas d’instructions sur comment se comporter si faits prisonniers et livraient donc de nombreux renseignements quand c’était le cas ; la bravoure est d’abord la crainte de paraître lâche ; l’asthme est une maladie psychosomatique ; (cliché) on voit des amiraux au garde à vous, raides comme des piquets, la main à la visière dans le plus impeccable des saluts pendant que leur navire s’enfonce lentement sous eux (dans les bandes dessinées, certainement) ; (légende urbaine) le niveau des candidats à Sandhurst était si bas que les examinateurs accusèrent un candidat qui connaissait son cours d’avoir triché